top of page
Rechercher

Devons-nous craindre les IA?

Dernière mise à jour : 8 déc. 2023


À l'époque je ne savais pas que cette phrase allait déclencher le thème et les recherches qui sont à l'origine de mon dernier roman, Le Chaman du Pacifique. En route pour un salon dans les Voges, j'écoutais un podcast dont l'invité, Mo Gawdat, ex-Dirigeant de Google X (l'entité R&D de Google), affirmait que l'IA allait devenir un milliard de fois plus intelligente que nous, les humains. Ce chiffre m'a choqué: soit il s'agit d'un effet d'annonce, soit il est vraiement temps de craindre les IA. Puis j’ai réfléchi et je me suis demandé : mais de quelle intelligence parle-t-il ? A-t-on vraiment compris ce qu'est l'intelligence humaine ? On parle souvent de QI, mais aussi d'intelligence émotionnelle, intuitive, relationnelle. Laquelle, ou lesquelles, vont-elles être à ce point supplantées par les IA ? Et notre conscience, quel rôle joue-t-elle dans tout cela ?

Les IA vont-elles nous rendre obsolètes?
Devons-nous craindre les IA?

Je me suis intéressé de (plus) près aux développements actuels et futurs de l'IA. J'ai cherché à bien comprendre quels étaient son potentiel, ses capacités et ses limitations. Et, ce que j'ai trouvé ma fasciné au point de me poser une question centrale: les IA vont-elles développer une conscience? Vous vous en doutez, la réponse à cette question n'est pas simple. On serait tenté de dire non, surtout pas, la conscience c'est à nous, les humains! Mais est-ce un vœu pieux ou une réalité? Pour tenter d'y répondre j'ai imaginé d'un côté un humain qui jouit du plein potentiel de sa conscience, comme un Chaman ou un Maître spirituel et de l'autre l'IA globale crainte par Mo Gawdat, qui tourne sur ordinateur quantique et qui jouit d'un QI si élevé qu'elle ne vit plus dans le même temps que nous (il lui faut quelques secondes pour traiter des problèmes et de données dont la simple lecture nous prendrait une décennie). Une année de recherches ajoutée à plus de six mois d'écriture m'ont été nécessaires pour tenter de peindre ce scénario

Les IA auront-elles une conscience?
Le Chaman du Pacifique

et le monde qui se dessinait devant moi était si fascinant que j'ai très vite décidé de le décrire dans mon dernier roman qui fait donc un parallèle entre Daya, un Chaman ultra-intuitif, relié aux "esprits" de la nature depuis sa plus tendre enfance et Aphrodite, une IA globale surpuissante qui cherche à comprendre l'amour et qui reste coi quand on lui parle d'intuitions.


Après plus de trente années de recherches en science noétique (les sciences de la conscience), je peux imaginer assez facilement les IA répliquer les fonctions de notre mental, notre QI. Tout ce qui touche à l'analyse, à la logique, à l'organisation, à la planification, au traitement de données, à l'application de règles qu'elles soient mathématiques, linguistiques ou doctrinales. Il est évident que dans ces domaines nous sommes déjà dépassés, ou en voie de l'être. S'imaginer pouvoir survivre professionnellement avec l'atout cher à notre système éducatif qu'est notre intelligence rationnelle et analytique est une illusion; nous ne tiendrons au mieux que quelques années, au pire que quelques mois. Il est pourtant une chose qu'aucun concepteur d'IA n'a vraiment comprise: la profondeur de la conscience humaine. Nous avons des intuitions, des rêves prémonitoires, nous vivons des synchronicités, des solutions nous apparaissent comme par miracle (pensez à l'eurêka d'Archimède), certains d'entre nous rapportent des expériences de conscience non-ordinaire comme les EMI ou la "zone" du sportif. Il existe donc une partie de nous non rationnelle, non quantifiable et surtout... non programmable. Cette partie c'est notre génie, un génie que nous avons certes oublié, mais qui est inhérent à notre nature d'être humain. S'y reconnecter va certainement nous aider à nous différencier des machines. D'un côté des machines à l'hyper QI de l'autre des humains ayant retrouvé le plein potentiel de leur conscience, ce pourrait bien être la seule voie de salut face à cette vague d'intelligence digitale qui, si nous restons les bras ballants, pourrait bien nous submerger.

Commentaires


bottom of page